radio vintage

Radio vintage, Ma Passion pour ces radio anciennes

Ma passion est née presque par hasard. Les années ont passé et à l’époque, j’étais au collège.
Mes petits amis, me voyant comme un fan d’électricité, m’ont apporté leurs vieilles radios qu’ils ont trouvées dans le grenier ou au sous-sol en démontant condensateurs, valves, cadres, etc…. parce qu’ils pensaient que j’aurais peut-être besoin de pièces détachées ! Intrigué par les « cobayes » dont ils ont extrait ces pièces, je me suis fait une radio vintage.
Comment j’interprète la restauration

Mon interprétation personnelle de la restauration des radios d’époque est radicale et strictement conservatrice. La restauration du mobilier, dans la plupart des cas, se limite à un nettoyage soigneux, la désinfestion et la restauration de la couleur d’origine par l’utilisation de cires et d’huiles, maintenant ainsi la couche de la patine d’origine avec tous les signes du temps. Lorsque, par contre, le meuble est dans un état ingérable, je procède à la restauration du placage, où les accompagner dans un de leurs greniers pour voir à quoi ils pourraient ressembler…. J’ai été fasciné par le mystère de ces appareils poussiéreux et ce fut le coup de foudre.
Le début n’a pas été facile et à l’époque comme aujourd’hui, malheureusement, le monde de la collecte radio en Italie est fermé sur lui-même, pas du tout disponible, méfiant, voire hostile aux « nouveaux leviers ». Il m’a donc été très difficile d’entrer dans cette réalité. Déjà à cette époque, la collecte de radios coûtait très cher et les finances d’un lycéen étaient pratiquement nulles, alors je me suis limité à étudier l’histoire de la radio et à chercher des modèles sporadiques et bon marché qui pouvaient m’arriver pour faire une « expérience de restauration ».

Collectionneur et marché pour trouver des radios vintages

Les années passèrent en faisant des « rangs » auprès des collectionneurs, des marchés, en échangeant des vues, en rassemblant des documents et des publications qui me permettraient de bien connaître les différents dispositifs des différentes époques et nationalités. J’ai tout de suite été frappé par la production nationale des années 20 et 30, les années pionnières et dorées de la radio italienne. Ma devise a toujours été : « acheter quelques appareils mais bien ».
Dès lors, c’est une succession d’opportunités, de chance et de bons conseils qui m’ont permis de faire « le saut en qualité ». Avec le temps, cette passion est devenue si forte qu’il n’y a pas un jour où je n’y consacre pas quelques heures. La passion pour la recherche historique sur la radio italienne et le désir de partager mes « découvertes » avec d’autres m’ont amené à collaborer activement, depuis des années, avec le Club Antique Radio Magazine et enfin à créer ce site et le polissage strictement gomme laque et entièrement pad jusqu’à ce que les pores soient complètement fermés, comme au début.
En ce qui concerne la partie technique, j’adopte un système de type « statique », non pas partagé par tous mais certainement plus respectueux de nombreuses autres interventions maladroites. Si le châssis est intact, je me limite à un léger dépoussiérage. Si la partie électrique a subi des réparations qui ont déformé l’aspect d’origine, j’ai tendance à restaurer les différentes connexions en utilisant le même type de fil (lin, sterling, caoutchouc, etc…), j’enlève les composants modernes et les remplace par ceux d’origine montés par la maison même si cela ne fonctionne pas.
Donc, fondamentalement, mes radios ne fonctionnent pas, mais ce n’est pas mon intérêt, mais plutôt de maintenir l’apparence originale autant que possible, y compris les différentes soudures et les différents arrangements des composants.

Laisser un commentaire