Gramophone, les meilleurs gramophones

Il a une base en bois marqueté brun foncé, de forme parallélépipédique, de forme carrée (335×335)mm et d’une hauteur de 175 mm. Produit en Angleterre en 1908 par THE GRAMOPHONE & TYPE WRITER dont le siège social est situé au 21City Road – Finsbury Square Londres ; autres bureaux en Autriche – Allemagne – Belgique – France – Russie. Il est équipé d’un bras pivotant pour un arc d’environ 260° ; à une extrémité, le pick-up est gonflé et peut être soulevé ; la capsule, modèle EXHIBITION, est de construction américaine. Le bras est creux et transmet les vibrations, captées par le stylet en acier et amplifiées par une membrane, vers un tunnel qui conduit à l’embouchure du klaxon qui agit comme une caisse de résonance et donc comme un amplificateur primordial.

Le mécanisme du gramophone

La mécanique est composée d’un moteur à double ressort en acier, roues dentées de transmission de mouvement, également en acier, par un pignon solidaire à l’arbre sur lequel est inséré le plateau-disque qui est recouvert d’un tissu velours couleur amarante. Pour avoir d’autres exemple de gramophone

La vitesse est régulée par un mécanisme composé de 3 hémisphères qui, en tournant, grâce à la vitesse centrifuge, commandent un embrayage qui agit indirectement sur le disque, en le ralentissant quand il tend à augmenter le nombre de tours ou en le laissant libre quand la vitesse est celle requise ; dans la partie supérieure de la base il y a un bouton attaché à un indicateur à flèche qui tourne sur un support gradué (de 50 à 85) qui fixe la vitesse de rotation ; le standard est 78 révolutions par minute. Dans un autre coin de la partie supérieure de la base se trouve un petit piston qui bloque le disque pendant la phase de chargement des ressorts du moteur. Les ressorts sont chargés à l’aide d’une manivelle : j’ai calculé que pour obtenir la bonne vitesse, il faut les faire tourner d’environ 50 tours à la manivelle et, pendant l’audition, il faut les faire tourner davantage sinon la vitesse est considérablement réduite au détriment de la qualité sonore elle-même déjà critique.

Cornes et bras de lecture

La corne est en laiton ; elle mesure environ 900 mm de long et a un diamètre maximum d’environ 400 mm ; elle est insérée à l’extérieur du bras de lecture où il y a un support avec une vis pour l’empêcher de glisser ; elle peut être orientée horizontalement pour que le son soit diffusé dans la direction de l’auditeur ou de l’écoute ; sa surface est lisse, sans aucune forme artistique.

L’appareil, appartenant aux amis Porzia et Mimmo d’Andria, est plein de charme envoûtant et a la grande capacité d’accompagner ceux qui l’observent et de profiter de ses prérogatives vers le siècle dernier, dessinant un monde fait de dames et de messieurs en bouquets dans une atmosphère post-bohème, à l’écoute de la voix du grand Enrico Caruso, une des premières chansons qui enregistrent sur disque à 78 tours.

Laisser un commentaire